Trinidad : une fenêtre sur le XIXe siècle

Cuba

Cuba caracole en tête de liste des destinations préférées de nombreuses personnes. L’île, connue pour la danse, le rhum, les cigares et surtout pour la révolution communiste de 1959, dégage un charme unique qui séduit les gens du monde entier.

Bien que La Havane soit particulièrement populaire auprès des voyageurs en tant que centre politique et capitale de l’île, il existe une autre ville qui séduit par son authenticité et sa beauté extraordinaire : Trinidad. Cette ville coloniale, qui a connu son apogée au milieu du XIXe siècle grâce à sa puissante industrie sucrière, est aujourd’hui l’une des étapes les plus importantes de tout voyage à Cuba.

Trinidad n’a pourtant pas toujours été connue, bien au contraire. La ville n’est devenue populaire que dans les années 1950, lorsque le président de l’époque, Fulgencio Batista, a adopté une loi sur la protection des monuments qui a mis en lumière les trésors oubliés de la ville. Son action a très vite trouvé écho. En 1965, Trinidad a été déclarée monument national et, depuis 1988, la ville est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

Trouvez votre voyage à Cuba  

 

Figée dans le temps, Trinidad est l’un des meilleurs exemples de ce à quoi Cuba ressemblait autrefois. En se promenant dans les rues de la ville, on part en voyage dans le Cuba de l’époque coloniale espagnole, car le centre historique n’a pratiquement pas changé depuis le début du XIXe siècle.

trinidad-cuba

 

Conquérants espagnols, pirates et ruée vers le sucre : toute l’histoire de Trinidad

La ville a été fondée en 1514 sous le nom de Villa de la Santísima Trinidad par Diego Velázquez de Cuéllar, qui espérait de grands gisements d’or dans les rivières aux alentours. Après Baracoa et Bayamo, Trinidad fut la troisième colonie espagnole. Cependant, lorsqu’il s’est avéré qu’il n’y avait presque pas d’or à récupérer, les conquistadors sous les ordres de Hernán Cortés ont commencé leur conquête de Trinidad au Mexique en 1518. Une petite quantité d’habitants seulement est restée dans la ville. Au cours des décennies qui ont suivi, les moyens de subsistance de la population dépendaient d’un petit groupe de Tainos (le peuple autochtone des Grandes Antilles).

Au cours du XVIIe siècle, Trinidad est tombée dans l’oubli, car les autorités coloniales se trouvaient à La Havane et les liaisons de transport étaient catastrophiques. De fait, la ville s’est transformée en un refuge pour les pirates et a vécu principalement de la contrebande.

 

Le sucre  : l’or blanc de Cuba

Au début du XIXe siècle, tout a soudainement changé lorsque la Valle de los Ingenios (en français : vallée des moulins à sucre) a vu naître une multitude de sucreries et que Trinidad a pu produire un tiers de tout le sucre cubain. L’essor économique rapide a provoqué une véritable ruée vers le sucre à Cuba, durant laquelle Trinidad s’est enrichie. Partout, de grands bâtiments et des villas de luxe ont été construits, qui bordent encore les rues aujourd’hui.

trinidad-cuba-zucker

 

Le sommeil de la Belle au bois dormant

Pendant des décennies, les plantations de sucre ont été une activité rentable pour Trinidad. Cependant, dans la seconde moitié du XIXe siècle, la production de « l’or blanc » a connu une fin soudaine. Les monocultures avaient fortement dégradé la qualité des sols et la concurrence accrue du sucre de betterave bon marché se faisait sentir. À cela s’ajoutait la situation montagneuse de Trinidad, qui était associée à des inconvénients d’infrastructure. Ainsi, le manque de connexion au réseau ferroviaire cubain a conduit à la dépendance économique d’autres régions de l’île de Trinité-et-Tobago et de ses environs. En fin de compte, la plupart des plantations ont été détruites au cours des guerres d’indépendance.

 

Valle de los Ingenios et l’esclavage

Trinidad sombra lentement dans un sommeil de Belle au bois dormant et ne fut réveillée que par un essor touristique au milieu du XXe siècle. Entre-temps, le site autour de la Valle de los Ingenios a été transformé en musée naturel. La restauration et la préservation de ses richesses architecturales et naturelles laissent entrevoir une vallée qui, d’une part, constitue l’un des paysages les plus impressionnants des environs et, d’autre part, rappelle l’un des chapitres les plus sombres de l’histoire de l’île.

Après tout, ce sont surtout les colonialistes et les esclavagistes qui ont gagné beaucoup d’argent en exploitant et en maltraitant ces âmes réduites à l’esclavage. La tour des esclaves Torre de Iznaga surplombe toujours la vallée et rappelle les cloches qui incitaient les esclaves à travailler sans relâche. Aujourd’hui, les anciens baraquements d’esclaves servent de maisons d’habitation. En 1988, l’UNESCO a déclaré la Valle de los Ingenios patrimoine mondial de l’humanité, en prenant en compte 75 bâtiments encore existants comme des moulins à sucre, des logements pour les esclaves ou des maisons coloniales.

trinidad-geschichte

 

Routes étroites, rues pavées et maisons coloniales aux couleurs pastel

Trinidad est une ville où il est amusant de se promener d’un endroit à l’autre, de se promener dans les rues pavées et d’admirer les immenses maisons coloniales colorées. Aujourd’hui, la plupart des maisons ont été divisées pour en faire plusieurs appartements. Pourtant, il est facile de s’imaginer à quel point elles étaient animées lorsqu’elles appartenaient encore aux riches barons du sucre.

 

Lumière chaude et boissons fraîches

À Trinidad, on peut respirer. Ici, la sérénité est de mise : un rythme tranquille et addictif. Au coucher du soleil, la ville émet une lumière chaude et lumineuse qui ravira particulièrement ceux d’entre vous qui aiment s’adonner à la photographie. C’est également le moment idéal pour savourer une Canchánchara, un cocktail rafraîchissant qui mélange rhum, miel et citron pour une expérience gustative unique.

 

Curiosités de la vieille ville

À Trinidad, tous les chemins mènent à la Plaza Mayor, le cœur du centre historique. De nombreux visiteurs affirment que l’endroit est l’un des plus beaux endroits de Cuba. La Plaza Mayor est entourée des maisons autrefois somptueuses des riches familles sucrières, qui ont été restaurées avec un grand souci du détail. Certaines d’entre elles peuvent également être visitées en tant que musées.

Il faut souligner ici le Museo Romantico dans le Palacio Brunet, qui présente entre autres des objets d’ameublement de l’époque coloniale cubaine et une grande collection de porcelaine. Le musée historique de la ville, un immense bâtiment richement décoré, vaut aussi le détour, ne serait-ce que pour profiter de la vue depuis la terrasse sur le toit. De plus, il vaut la peine de consacrer une partie de votre promenade au quartier plus modeste, mais tout aussi coloré de Tres Cruces.

musicians_cuba_trinidad

 

Les rythmes nocturnes

La nuit, la ville endormie prend vie et le calme cède la place au rythme de la musique. Les escaliers de l’église deviennent un lieu de rencontre pour les habitants et les touristes tandis que la salsa et le « son » (un style de musique typiquement cubain) envahissent les rues.

La Casa de la Música accueille des spectacles et des concerts. La musique live encourage même les danseurs les plus timides à oser quelques pas.

Trinidad répond à presque tous les souhaits. Avec son passé fascinant et sa situation particulière au cœur du parc national Topes de Collantes, de la Valle de Ingenios et de ses plages de rêve, la ville séduit aussi bien les fanas d’histoire que les aventuriers et les amoureux de la nature.

Si vous êtes curieux de découvrir cette ville des Caraïbes, ne passez pas à côté de nos circuits à Cuba, qui vous permettront de découvrir Trinidad et bien d’autres endroits fascinants de l’île de manière authentique.

 

Découvrez nos voyages

 

 

purFR ebook cuba

 

Recevez gratuitement des inspirations de voyage d'Amérique centrale et des réductions exclusives. Inscrivez-vous maintenant à notre newsletter !