Pourquoi les trois parcs nationaux du Costa Rica classés au patrimoine mondial de l’UNESCO sont si importants pour la biodiversité

Costarica Puraventura

Abritant plus de 500 000 espèces, le Costa Rica est l’un des pays les plus riches au monde en matière de biodiversité. Et comptant un peu plus de 50 000 kilomètres carrés, ce petit pays a pourtant une sacrée force de frappe. Avec plus de 900 espèces différentes d’oiseaux et 250 espèces de mammifères, dont le singe araignée au nom évocateur, le quetzal resplendissant et la splendide grenouille venimeuse, le Costa Rica abrite près de 5 % de toutes les espèces de monde entier.

Niché entre l’océan Pacifique et la mer des Caraïbes, le pays d’Amérique centrale compte cinq volcans actifs, 12 microclimats (dont des forêts tropicales humides, des forêts de nuages, des plages, des montagnes, des îles et des volcans) ainsi que 28 parcs nationaux, dont trois classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Avec sa biodiversité menacée par la disparition des habitats et l’exploitation forestière, le Costa Rica protège 28 % de ses terres au moyen de parcs nationaux, de réserves et de refuges pour la faune, et ses trois parcs nationaux classés au patrimoine mondial de l’UNESCO (Guanacaste, l’île Cocos et La Amistad) ; chacun ayant son importance unique pour leur impact sur la biodiversité de la région.

Copy of Costa-Rica-234

Parc national de Guanacaste Costa Rica


Situé à la frontière nord du Costa Rica avec le Nicaragua, le parc national de Guanacaste Costa Rica relie le parc national de Santa Rosa sur les côtes du Pacifique aux forêts de nuages surélevées des volcans Orosí et Cacao. Autrefois utilisé comme pâturage pour le bétail, le terrain a été acheté et transformé en parc national en 1989 en raison de sa biodiversité particulièrement développée. Reboisé, il forme un corridor terrestre pour les oiseaux et les mammifères migrateurs, reliant les forêts sèches de la côte aux forêts tropicales humides sur les pentes des volcans. Entre jaguars et pumas, vous pourrez également voir des pécaris à collier et des singes- araignées de Geoffroy.

 

Voyages, prix et dates

 

Île Cocos Costa Rica


À 480 kilomètres au large des côtes du Costa Rica dans l’océan Pacifique, l’île Cocos est l’île Galápagos personnelle du Costa Rica. Elle abrite plusieurs espèces endémiques qui ne peuvent être trouvées que sur ou dans les eaux autour de l’île, dont 70 espèces endémiques de la flore, plusieurs espèces d’oiseaux (dont le coulicou de Cocos, le tyranneau de Cocos et le spizin de Cocos) ainsi que plus de 45 espèces endémiques de poissons, y compris le blennie bernacle de Cocos. Réputée pour ses trésors de pirates fabuleux enfouis au plus profond de sa végétation, l’île a servi d’inspiration pour l’Île au trésor de Robert Louis Stevenson, bien qu’il ait au final situé son île fictive au large des côtes du Venezuela dans l’océan Atlantique. Et surnommée par Jacques Cousteau « la plus belle île du monde », la « Isla del Coco » est aussi l’un des endroits les plus propices au monde pour observer des requins. Avec ses habitats sous-marins uniques, dont les récifs coralliens, les tunnels volcaniques, les grottes, les massifs et les eaux profondes, l’île Cocos est une bénédiction pour toutes sortes de poissons pélagiques : des poissons qui vivent loin de la terre, et pourtant ni à la surface ni au fond de l’océan, et des plongeurs du monde entier viennent sur l’île Cocos pour admirer des dauphins, des baleines, des raies mantas géantes et pas moins de huit espèces différentes de requins. Elle représente le point le plus au nord du « triangle marteau » (formé avec les îles Galápagos de l’Équateur et l’île de Malpelo en Colombie), et est utilisée comme salon de beauté par le requin-marteau halicorne : on peut voir cette espèce en risque d’extinction critique dans des bancs énormes, en train de se faire nettoyer par des poissons-papillons à nez noir. Zone humide d’importance internationale, l’île Cocos ne compte aucun mammifère indigène : uniquement des porcs, des cerfs, des chèvres, des chats et des rats introduits du continent, que le gouvernement costaricien s’est engagé à contrôler pour le bien des écosystèmes uniques de l’île. L’une des principales menaces pour la biodiversité ici, cependant, est le braconnage ; les requins sont abattus et vendus pour faire de la soupe aux ailerons de requin, un mets délicat et très cher en Chine. Chaque aileron se vend pour des centaines de dollars.

manta-g031229d83_1920


Parc National La Amistad Costa Rica


Partagé avec le Panama, le parc national La Amistad est la plus grande réserve naturelle d’Amérique centrale et comprend le mont Chirripó, le point culminant du Costa Rica d’une hauteur de 3 821 m, dans les montagnes de Talamanca. Entouré d’une réserve de biosphère, le parc comprend à lui seul 20 % de la biodiversité de la région ; en grande partie, on le suppose, de par sa période de glaciation unique ainsi que de son terrain difficile.
Éloigné et difficile d’accès, il abrite plusieurs groupes indigènes et de nouvelles espèces endémiques continuent d’être identifiées dans le parc. L’un des parcs nationaux les plus riches en matière d’insectes, d’amphibiens, de reptiles, d’oiseaux et de mammifères que l’on ne trouve qu’au Costa Rica. Le parc abrite par ailleurs plusieurs. grands félins, notamment des pumas, des ocelots, des margay, des jaguars et des jaguarondis, ainsi que le grenouille dorée, l’araponga tricaronculé et la coracine ombrelle.


Le meilleur pour la fin


Tandis que le magazine National Geographic a récompensé le Camino de Costa Rica, une promenade d’un océan à l’autre qui s’étend sur 280 km de Parismina dans les Caraïbes à Quepos sur l’océan Pacifique et l’un des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO pour la nature pour 2022 le plus couru, il existe de nombreuses autres réserves naturelles et parcs nationaux où vous pourrez explorer la biodiversité pratiquement infinie du Costa Rica.

 


Réserve forestière de Monteverde Costa Rica


Rendez-vous dans la réserve forestière de Monteverde dans le nord pour voir des singes hurleurs et les capucins, les cinq espèces de chats, ou bien encore des paresseux et des tapirs ainsi que plus de 1 200 espèces de reptiles et d’amphibiens.

 

sloth-g8db6b78d9_1920

 

Parc national Manuel Antonio Costa Rica


Visitez le parc national Manuel Antonio sur la côte du Pacifique pour avoir une chance d’apercevoir le singe-écureuil à couronne grise en voie de disparition et vous émerveiller devant plus de 180 espèces d’oiseaux. C’est aussi l’endroit idéal pour faire de la plongée en apnée ! Ou prenez la direction du parc national Palo Verde, un peu plus à l’intérieur des terres pour apercevoir des jaguarondis, des cerfs de Virginie, des petits rongeurs appelés pacas et une multitude de serpents.


Parc national Tortuguero Costa Rica


Le parc national Tortuguero sur la côte caraïbe abrite toute une variété d’habitats, notamment des mangroves, des plages, des forêts tropicales et des berges de rivière, et se trouve être l’endroit parfait pour voir des singes, des paresseux et des lamantins. C’est également l’un des rares parcs où pousse encore l’amandier de montagne, qui est en voie de disparition, et, par conséquent, l’un des meilleurs endroits pour admirer les grands aras verts, eux aussi en voie de disparition, qui se nourrissent de cet arbre devenu rare.


Parc national Cahuita Costa Rica


Du côté des Caraïbes on retrouve le parc national Cahuita, où la tortue imbriquée et la tortue luth (tous deux en danger critique d’extinction) viennent pondre leurs œufs. Ici, vous pouvez également apercevoir des capucins à face blanche, des coatis et des paresseux.


Pour en savoir plus sur les animaux Costa Rica ou pour découvrir quels parcs nationaux vous pouvez visiter et quels oiseaux et mammifères vous pourriez voir lors de votre prochain voyage au Costa Rica, jetez un œil à notre voyage Costa Rica en 15 jours ou notre voyage Costa Rica en 18 jours.

Recevez gratuitement des inspirations de voyage d'Amérique centrale et des réductions exclusives. Inscrivez-vous maintenant à notre newsletter !